Tribune – Qui paiera la campagne électorale à venir ?

Tribune de Arnaud Thièry parue dans l’édition du 19 novembre 2020 du 24 Heures

Les élections communales auront lieu dans le canton de Vaud entre mars et mai 2021. Pour les candidat·e·s, la campagne qui précède les élections représente un investissement important en temps. Une campagne coûte aussi de l’argent, parfois beaucoup d’argent. Il y a l’impression des documents de campagne, l’affichage, les salaires des personnes qui travaillent à l’organisation d’une campagne, l’achat du matériel à distribuer.

Mais combien, au juste? Quel est le budget des partis? Des candidat·e·s elles·eux-mêmes? Des comités de soutien? Et qui finance quoi? Les partis politiques, avec des cotisations? Les candidat·e·s directement, sur leurs deniers personnels? Des donatrices et donateurs? Des entreprises? Souhaiteriez-vous le savoir?

En Suisse, il y a peu d’endroits où ces informations sont publiques. Quelques cantons commencent à imposer des règles de transparence. Une initiative fédérale, largement portée par le Parti socialiste, a été déposée à la Chancellerie fédérale et est en cours de traitement. Le Canton de Vaud envisage d’inscrire le principe de transparence dans sa loi cantonale. Mais pour l’instant, chez nous, rien n’oblige les partis et les candidat·e·s à dévoiler leurs budgets de campagne, ni l’origine des fonds.

La démocratie a besoin de transparence, à tous les niveaux du fédéralisme. Les citoyennes et citoyens doivent être informés du contenu des programmes, mais aussi de l’origine des fonds des campagnes électorales, en particulier lorsque celles-ci sont financées par des dons d’entreprises, d’associations faîtières ou d’importants dons provenant de particuliers. Pour décider quoi voter ou qui élire, il faut aussi savoir qui paie.

Pour la transparence

Le 27 septembre 2020, les électrices et électeurs de la ville de Berne ont accepté à 88,35% d’imposer aux partis, candidat·e·s et comités de campagne l’obligation de dévoiler leurs budgets, leurs comptes, ainsi que toutes les donations dès un certain montant, ainsi que l’identité des donatrices et donateurs. Le Canton de Fribourg en avait fait de même, à 68%, pour une initiative de la Jeunesse socialiste en 2018. La transparence est une aspiration populaire largement soutenue.

Par le biais d’un postulat récent, le Parti socialiste veut que des règles similaires s’appliquent à Lausanne, allant au-delà des règles que le Canton envisage d’édicter. Cette transparence, depuis plusieurs législatures, le Parti socialiste lausannois se l’applique à lui-même. Il refuse les dons des entreprises et les dons anonymes, et publie son budget de campagne, financé par les cotisations de ses membres et les contributions de ses élu·e·s. Pour des campagnes démocratiques et transparentes, nous souhaitons que des règles similaires s’appliquent à l’avenir pour tout le monde!

  •  
  •  
  •  
  •