Postulat – Le 144, une saine concurrence pour les ambulances du SPSL et les finances de la Ville ?

Déposée par Louis Dana, conseiller communal et consorts  – postulat du 5 novembre 2019

Urgences-Santé 144 ! Lorsqu’une personne a besoin d’un service de transport médical d’urgence, elle compose le 144. Se met alors en place un système qui fait venir l’ambulance libre la plus proche du lieu de l’intervention. Cela permet un maillage fin du territoire couvert par la Fondation Urgences Santé. Néanmoins, toutes les compagnies d’ambulances n’assument pas ce service à un niveau constant. C’est ainsi que plusieurs professionnels du transport médical urgent placent leurs véhicules aux endroits et aux heures qui peuvent rapporter le plus d’argent. Le pic du nombre d’appels si situe, en rythme annuel, entre 7h30 et 22h30 (voir tableau en annexe). Pour ce qui relève du territoire connaissant le plus d’interventions, ce dernier est situé précisément dans la région lausannoise, soit où le Service de protection est de sauvetage (SPSL) est responsable des interventions.

 

Le soir venu, les interventions se font plus rares et souvent plus complexes. C’est précisément le moment choisi par les compagnies d’ambulances privées pour quitter l’agglomération lausannoise et rentrer dans leur région respectives. Le SPSL se retrouve ainsi seul au front, pour ainsi dire.

 

Si l’on peut penser ce que l’on veut de la libre concurrence en matière d’urgences préhospitalières, force est de constater que ce modèle pénalise le service public qu’est le SPSL, ne lui laissant que les interventions les plus compliquées et les moins rémunératrices. Cela a une incidence directe sur les finances de ce service.

 

Ce postulat demande donc à la ville d’étudier l’opportunité de revoir le système de concurrence existant aujourd’hui dans sa sphère d’influence. Cela pourrait par exemple passer par une obligation pour les compagnies privées d’assurer à tour de rôle des tranches horaires moins rémunératrices et parfois plus compliquées d’un point de vue opérationnel si elles désirent continuer pour intervenir sur le territoire dont le SPSL a la charge.

  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifications