Interpellation – Nouveaux développements quant au gaz

Question écrite déposée par Benoît Gaillard, conseiller communal, le 8 octobre 2019.

Le gaz naturel a une teneur plus faible en carbone que les autres agents énergétiques fossiles. En conséquence, les émissions résultat de sa combustion sont nettement plus faibles en CO2, ce qui lui confère le statut de source d’énergie transitoire intéressante. Il est fourni par les Services industriels lausannois comme combustible de chauffage et de cuisine, et également utilisé pour produire de la chaleur dans le réseau de chauffage à distance.

Une étude scientifique du professeur Robert Howarth, de l’Université de Cornell, publiée en août 2019 établit que la hausse constatée de la concentration de méthane dans l’atmosphère, en particulier depuis le début du siècle, est principalement due aux fuites lors de l’extraction et du transport[1]. Le très important développement de la production serait à l’origine des augmentations constatées – à l’inverse, la production de méthane de sources biologiques (bétail, notamment), joue un rôle bien moindre qu’estimé précédemment.

Le méthane produit un effet de serre 80 fois supérieur comparé au CO2. En revanche, il se dégrade bien plus rapidement que ce dernier. Dès lors, le prof. Robert Howarth estime que réduire substantiellement les fuites de méthane dans l’atmosphère est en réalité l’un des moyens simples et rapides de tenir les objectifs de limitation du réchauffement climatique.

Nous posons les questions suivantes à la Municipalité :

  • Les résultats scientifiques cités sont-ils de nature à modifier le profil du gaz comme source énergétique de transition ?
  • Comment les SIL s’assurent-ils de l’absence de fuites de gaz dans leur sphère d’influence ?
  • L’Association suisse de l’industrie gazière, dont les SIL sont membres, a-t-elle pris position sur l’étude susmentionnée ?
  • Des garanties sont-elles demandées aux fournisseurs qui approvisionnent les SIL en gaz en matière de préservation contre les fuites et la libération de gaz dans l’atmosphère ?

 

 

Nous remercions d’avance la Municipalité pour ses réponses.

 

Le 8 octobre 2019

[1] https://news.cornell.edu/stories/2019/08/study-fracking-prompts-global-spike-atmospheric-methane

Résumé en français sur le site francophone du National Geographic : https://www.nationalgeographic.fr/environnement/2019/08/pics-de-methane-dans-latmosphere-lexploitation-du-gaz-de-schiste-mise-en

 

  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifications