Postulat – Pour un plan directeur cantonal du stationnement d’échange et de covoiturage

Valérie Schwaar, députée – Postulat déposé 26 septembre 2016

La Fiche A24 du Plan directeur cantonal (PDCn) portant sur les interfaces de transport et parkings d’échange vise à « augmenter le nombre de places de parc (automobile et deux-roues) dans les interfaces de transport situés en priorité à proximité des gares ferroviaires, et de manière complémentaire à l’entrée des agglomérations ».

De telles infrastructures offrent les conditions d’un report modal partiel pour les pendulaires, mais ne drainent pour l’instant que 1 % de ce type de déplacements.

La Fiche A25 du PDCn portant sur la politique de stationnement et plans de mobilité vise, elle, « à intégrer dans les planifications directrices régionales une politique de stationnement coordonnée avec la qualité de desserte par les transports publics ».

Ces deux axes visent le même objectif d’une maîtrise du trafic individuel motorisé et du choix judicieux du moyen de transport.

Cette stratégie laisse apparaître néanmoins certaines carences :

  •  les parkings d’échange ne sont pas équitablement répartis sur l’entier du territoire cantonal ;
  •  certains parkings ne sont pas judicieusement placés : situés non pas en périphérie d’urbanisation, mais parfois au centre-ville ;
  •  aucune fiche du PDCn n’aborde la question du développement des parkings d’échange pour le covoiturage ;
  •  la tarification multiple et variée induit parfois une distorsion de concurrence, par exemple entre un parking pour le covoiturage gratuit et un parking « p+r » proche dont le prix de la journée s’élève, lui, à huit francs.

Au vu de ce qui précède, nous demandons au Conseil d’Etat, par le présent postulat, d’étudier l’opportunité :

  •  de publier l’inventaire des parkings d’échange existants (parkings relais à proximité des gares et stations, parkings d’entrée d’agglomération, parkings dévolus au covoiturage, etc.)
  •  d’élaborer un plan directeur cantonal du stationnement d’échange sur la base de cet inventaire, qui permettrait d’identifier les potentiels et les offres à développer prioritairement pour les différents types de parkings.
  •  d’aborder la question de la tarification des différents types de parkings pour limiter — autant que faire se peut — une concurrence des tarifs du stationnement pendulaire conduisant aujourd’hui à une utilisation des parkings en fonction de leur tarif et non pas de leur localisation, contrairement à l’objectif poursuivi.

Un plan directeur permettrait en outre :

  •  une répartition territoriale judicieuse et équilibrée des infrastructures ;
  •  d’échelonner dans le temps les investissements nécessaires voire de les coupler avec d’autres travaux prévus ;
  •  le cas échéant, de prendre des dispositions conservatoires en terme de territoire, voire d’anticiper des processus de zonage ;
  •  une vision régionale des infrastructures nécessaires, les communes étant aujourd’hui souvent seules à devoir porter des projets qui concernent le plus souvent de vastes pans du territoire.
  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifications