Déchets : passer à l’action !

Depuis 2013 et l’introduction de la taxe au sac, la situation de la gestion des déchets à Lausanne a évolué de manière contrastée. Le tri progresse, la quantité de déchets incinérables diminue. Mais il est largement reconnu aujourd’hui que les problème de dépôts sauvages et de littering ne sont pas résolus. Les infrastructures privées et publiques ne répondent pas toujours aux besoins. Le Parti socialiste propose quelques solutions simples et rapidement applicables pour une ville de Lausanne plus écologique, plus accueillante et plus propre.

2013 a vu entrer en vigueur le nouveau règlement communal sur la gestion des déchets. La principale mesure consistait naturellement à passer au système de la taxation au volume des déchets incinérables (taxe au sac pour les particuliers). Dans ce cadre, Lausanne a été l’une des seules communes à restituer une part importante des nouvelles recettes à travers le système socialement juste de la ristourne de 80 francs par habitant. Cependant, le règlement communal sur les déchets comprend de nombreuses autres dispositions que la simple institution d’une taxe.

Les mois qui ont suivi l’entrée en vigueur de cette taxe ont vu les dépôts sauvages fleurir dans les rues. Si la situation s’est progressivement améliorée, il faut constater, plus de deux ans et demi après l’entrée en vigueur de ce nouveau règlement, que plusieurs problèmes persistent. La politique menée pour mettre en œuvre concrètement le règlement mérite, pour le PS, d’être enrichie et améliorée.

Aujourd’hui, à travers une manifestation symbolique, le Parti socialiste lausannois propose donc quelques solutions simples pour améliorer l’information et le tri. Nous demandons en particulier :

  1. Une campagne d’information multilingue, sur le modèle renanais, en complément des pictogrammes privilégiés jusqu’ici ;
  2. Une politique plus claire pour les poubelles de rue, qui peuvent être équipées de réducteur de volume mais doivent être disposées régulièrement et complétées par des possibilités de tri dans les lieux de passage importants, ainsi que par des cendriers devant les cafés, bars et restaurants ;
  3. Une application stricte et volontaire de l’art. 9 al. 2 du règlement qui prévoit l’obligation pour les propriétaire d’équiper leurs immeubles de conteneurs de récolte sous peine d’amende ;
  4. Une réorientation du « Groupe propreté espace public » (aussi appelé « propreté et qualité ») en direction d’une brigade uniformée de la propreté, par anticipation de la mise en vigueur de la Loi vaudoise sur les amendes d’ordre;
  5. La création d’une prestation payante d’enlèvement des déchets encombrants à domicile, comme l’a fait Pully (aujourd’hui, seuls les bénéficiaires des PC AVS/AI ont cette possibilité, gratuitement).

 

  •  
  •  
  •  
  •  

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifications