Conférence de presse « Qualité de vie – pour un 30 km/h au centre-ville

2b93c66d4b

Le Parti socialiste lausannois a tenu aujourd’hui une conférence de presse, conjointement avec Les Verts, La Gauche et l’Association transportset environnement (ATE), pour présenter aux médias la motion «Qualité de vie – pour un 30 km/h au centre-ville» sera prochainement débattue au Conseil communal.

Rebecca Ruiz, présidente du Parti socialiste lausannois, a ouvert la conférence en précisant que la mise en place d’une limitation du trafic à 30 km/h, comme le propose la motion, s’inscrit dans les évolutions urbanistiques qui vont changer le visage de la Ville de Lausanne à l’avenir. Ce projet trouve également sa raison d’être dans la plateforme commune du PS, des Verts et de La Gauche adoptée avant les élections communales de 2011 qui soulevait la nécessité politique de requalifier les espaces publics, de soutenir les mobilités douces et les transports publics, de réduire le bruit et les émissions dues au trafic polluant. La motion est également cohérente avec le programme de législature du PS lausannois, où il est clairement affirmé que pour améliorer la sécurité et la convivialité dans les quartiers, il faut poursuivre la mise en place de zones 30 et de zones de rencontre.

Evelyne Knecht, conseillère communale (La Gauche), a souligné que les futurs axes forts de transports publics participeront à diminuer le trafic, mais doivent être accompagnés d’une limitation de la circulation pour être pleinement efficace. Elle a présenté ensuite la « petite ceinture » lausannoise. Entre 15’000 et 22’000 voitures y circulent chaque jour avec autant de nuisances sonores, de pollution et de risques pour la sécurité. Dans un premier temps, la motion propose donc une limitation de vitesse à 30 km/h la nuit, de 22h à 6h dans le périmètre concerné, pour rapidement parvenir à une limitation permanente.

Anne-Françoise Decollogny, conseillère communale (PS), a ensuite pris la parole pour rappeler que près de 15’000 personnes habitent le centre-ville, dont le bien-être est mis à mal par le bruit du trafic routier. Celui-ci a en effet des effets néfastes sur la santé, notamment lorsqu’il dérange le sommeil. Une grande partie des rues de Lausanne dépasse les limites de bruits autorisées par l’Ordonnance fédérale de la protection contre le bruit (OPB). Il est donc nécessaire d’agir, et de le faire comme le préconise cette ordonnance, en prenant des mesures à la source de l’émission de bruit, c’est-à-dire sur le trafic. La régulation de la vitesse s’impose donc comme une mesure incontournable et efficace : en limitant la vitesse des véhicules de 50 km/h à 30 km/h, on réduit en effet de moitié le bruit du trafic motorisé. La motion demande donc à la Municipalté l’élaboration d’un plan d’assainissement du bruit du trafic routier pour 2018, de manière à respecter l’OPB.

Vincent Rossi, conseiller communal et président des Verts Lausannois a expliqué que cette  motion s’incrit dans les réflexions globales menées par les Verts sur la qualité urbanistique. Avec le renforcement des transports publics au centre-ville, le rôle de la « petite ceinture » en tant que route de contournement perd de son sens, celle-ci doit être remise en question et servir davantage aux transports en communs et à la mobilité douce, seuls à même d’offrir un trafic plus dense et plus convivial. Cette motion est ainsi aussi favorable aux commerçants : un bus amène potentiellement autant de clients qu’une file de 300 mètres de voitures ! Elle permettra également de réduire l’insécurité ressentie par les cyclistes.

Valérie Schwaar, secrétaire générale de l’ATE Vaud, a affirmé qu’une limitation à 30 km/h améliore la sécurité des piétons. Le Tribunal fédéral a même décidé, dans le cas d’un recours du TCS à la mise en place d’une zone 30 dans la commune de Sumtvig (GR), que cette mesure devait obligatoirement s’appliquer si elle permettait de pallier à un manque de sécurité sur une route principale. Le TF a également statué, lors d’un arrêt rendu dans le cas d’une route de la Commune de Münsingen (BE), que les mesures à prendre en priorité doivent permettre de diminuer la formation du bruit et non seulement s’en protéger. Les mesures d’assainissement doivent donc viser à limiter le bruit à sa source. Elle a souligné encore que les mesures qui visent à restreindre le trafic sont en général difficiles à imposer. Elles suscitent énormément d’oppositions, mais aucun habitant, ni commerçant, affirme vouloir revenir à la situation antérieure une fois les nouvelles habitudes prises.

Justement, Olivier Sillig, un habitant de Saint-Roch était là pour témoigner des changements intervenus suite à l’introduction d’une zone 30 dans son quartier. Il a soulevé non seulement l’effet incontestable de réduction du bruit, mais aussi le plaisir qu’il a à déambuler dans l’espace public sans craindre les voitures.

  •  
  •  
  •  
  •